BANISHED (De Shining Rock Software LLC) [Test/PC]

banished-coverAutre perle du jeu vidéo indépendant, Banished devrait largement ravir tout ceux qui ont un jour été passionnés par la stratégie, la gestion, et le city building. Ce jeu mêlant les trois genres à la perfection, il convient de vous en parler pour vous dire que ce jeu est un succès et mérite plus de visibilité.

Le concept du jeu est simple, efficace et douloureux. Vous faites parti d’un groupe exilés (d’où importe peu…), avec eux le peu qu’ils ont pu emporter : Un stock de nourriture, quelques vestes, des outils, et éventuellement, des graines à faire pousser. Je dis éventuellement, car la difficulté de ce jeu fait son succès, et vous pourriez commencer avec bien moins : L’erreur est fatale, et cruelle, et cela fait réfléchir le joueur comme on le fait rarement aujourd’hui.

Donc vous voila à la tête d’un groupe d’une dizaine de personnes, en plein territoire inconnu. Vos ennemis? L’Hiver, la famine, la stagnation, les maladies et tout un tas de trucs qui vous font vous sentir seul face à Mère Nature.

welcome-to-banished

Vous devrez donc faire, en très peu de temps, de la place pour votre premier hameau : des maisons pour s’abriter du premier hiver, un quai de pêche ou un cabane de chasse, des récolteurs en forêt, et de quoi vous fournir les matières premières essentielles, comme les planches de bois, ou le bois de chauffage, nourriture, cuir à tanner, pierre et fer pour outils et construction. Une fois l’approvisionnement en ressources de bases assuré, il faudra développer votre ville en assurant l’accroissement la population en construisant PRUDEMMENT de nouvelles maisons, pour faire naître de futurs travailleurs. L’école agrandira largement leurs capacités, mais l’éducation est un vrai luxe dans Banished, et une gestion plus que minutieuse vous sera imposer. Il vous faudra constamment veiller à vos stocks de ressources, et au bien être de votre peuple : Nourriture variés, abri et chauffage pour l’hiver, église, cimetière… Obtenir des graines d’agriculture et du bétail par les marchands itinérants est aussi crucial que difficile pour agrandir par la suite vos ressources à disposition.

cimeteries

Dompter Mère Nature et organiser votre ville, votre espace et vos ressources sera un vrai défi, et la moindre erreur peut être synonyme de Game Over. Et même sans cela, il faudra faire face aux catastrophes naturelles et à l’appauvrissement des sols cultivés obligeant rotation et gestion de l’espace. Bref, c’est addictif, c’est exigeant, et c’est très gratifiant une fois que l’on a maîtrisé les ficelles, c’est beau, peu cher, et ça vaut vraiment le coup, et peut vous occuper très longtemps, car les maps sont toutes aléatoires et riches. Un must pour les fans de stratégie, gestion et city building, tout simplement.
Le jeu bénéficie par ailleurs d’une communauté de modeurs motivés qui enrichissent le jeu toujours plus chaque jour, et l’ont même traduit en français.




Les Points Forts :

  • Une mécanique de jeu agréable
  • Riche et Beau
  • Exigeant et gratifiant
  • Une rejouabilité infinie par la cartographie aléatoire, promettant de très nombreuses heures de jeu
  • Une communauté de modeurs et de guides qui enrichissent et conseillent

Les Points Faibles :

  • Peut être trop exigeant pour certains joueurs
  • Pas de campagne scénarisée, dommage
  • Un tuto pauvre malgré tout
  • Une part d’aléatoire un peu lourde (Tornades ou Epidémies imprévisibles pouvant être dévastatrices)

FONCEZ, Ne restez pas là, les Bannis ont besoin de vous !


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.